16 départements au-dessus du seuil d’alerte

[ad_1]

Dans son avis rendu le 7 octobre 2021, le conseil scientifique Covid-19 soulignait que les « indicateurs épidémiologiques sont en constante amélioration » depuis la rentrée scolaire début septembre. Et en effet, la grande majorité des départements français sont sous le seuil d’alerte fixé à 50 cas positifs au coronavirus pour 100 000 habitants. 16 départements ne répondent pas à ce critère, utilisé pour déterminer l’allégement ou non des mesures sanitaires. On fait le point sur leur situation dans notre diaporama.

Le pass sanitaire pourrait être prolongé jusqu’au 31 juillet 2022

Si la COVID-19 se fait moins virulente, les autorités envisagent tout de même de prolonger le pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022, comme le proposait le conseil sanitaire. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, assure que cette mesure serait instaurée « si et seulement si c’est nécessaire, pour encadrer l’activité des établissements recevant du public ». Il a ajouté que « des décrets pour un état d’urgence sanitaire pour trente jours » pourront être pris « si et seulement si la situation s’aggrave ».

Actuellement, la France enregistre en moyenne près de 4000 cas positifs quotidiens au coronavirus, et plus particulièrement le variant Delta. Et après plusieurs semaines de repli, le taux d’incidence s’améliore peu. « Il y a encore un risque non négligeable d’une reprise épidémique et l’hiver est propice, un échappement immunitaire n’est pas à exclure« , a prévenu Gabriel Attal lors de son point du 13 octobre 2021.

De plus, un texte de loi a été présenté pour rendre possible un retour de l’état d’urgence sanitaire par décret « si la situation sanitaire s’aggravait brutalement, et pour une durée limitée à 30 jours, délai au-delà duquel une loi devrait être votée ». Toutefois, l’usage de ce dispositif « n’est absolument pas à l’ordre du jour », a assuré Gabriel Attal. « Ce texte ne prévoit pas l’état d’urgence éternel : il retarde le moment où cet outil disparaîtra définitivement de notre panoplie juridique », a-t-il expliqué.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *